jeudi 28 février 2019

Le cerveau du pratiquant de la Méditation Sahaja Yoga


La pratique de la méditation et du Yoga crée un cercle vertueux en quelque sorte, c'est la conclusion que les chercheurs de l'université de Boston ont réussi à prouver.

La méditation et le yoga transforment l'expression des gènes des cellules immunitaires, en d'autres termes, elle renforce les gènes de l'immunité et prépare ainsi l'organisme à combattre les maladies. Ce sont des effets que l'on a pratiquement immédiatement.
A moyen terme, sur deux mois de pratique à raison de 3 fois par semaine pendant 20 mn, on a de meilleurs perforances intellectuelles, la dépression et le stress diminuent ce qui fait que les tensions musculaires dans le dos diminuent également.
La méditation augmenterait le taux de neurotransmetteurs GABA qui calment le cerveau. Il y aurait une corrélation avec le fait que la travail sur le ralentissmeent de la respiration détend le nerf vague qui lui stimule le système parasympathique. or, c'est le système parasympatique qui ramène l'organisme à la normale après un stress.

Ces bienfaits sont décuplés chez les pratiquants à long terme avec en plus une baisse des maladies cardio-vasculaires.
Si le yoga est plus une hygiène de vie qu'une thérapie, la méditation par contre a des effets bien réels sur le cerveau et sur la prévention des maladies.
Les pratiquants de la Méditation Sahaja Yoga ont plus de matière grise que les non pratiquants  dans l'hippocampe qui gère la mémorisation. Mais ils ont moins de matière grise dans l'amygdale cérébrale qui gère la peur et le stress.

En bref, plus on médite et moins on a de risque d'être en mauvaise santé.

Plus sur le dossier Neurosciences de "Sciences et avenir", août 2017, n°846
Voir l'article en anglais sur Plos 1 des chercheurs Sergio Elías Hernandez, José Suero, Alfonso Barros, José Luis Gonzalez-Mora, Katya Rubia:
https://journals.plos.org/plosone/article?id=10.1371/journal.pone.0150757
Publié par stop au stress

samedi 18 novembre 2017

Augmentez votre matière grise


Aujourd'hui, la presse des Iles Canaries, en Espagne, parle du projet de recherche mené par trois universitaires dont Sergio Elias, sur les effets de la Méditation Sahaja Yoga dans le cerveau.
Conclusion: les méditants ont un 7 % plus de matière grise dans le cerveau!
Cela a également été publié dans une revue scientifique internationale très prestigieuse.

Publié par stop au stress

mercredi 25 octobre 2017

Les bienfaits de la méditation selon Benoît Laborde



Les médecins neurologues et biologistes moléculaires s'intéressent aux effets bénéfiques de la méditation sur le fonctionnement de notre cerveau et de notre organisme depuis maintenant une dizaine d'années.
Au départ originale, a méditation est aujourd'hui entrée dans des hôpitaux pour gérer le stress et la douleur. Ellen'appartient plus au domaine du religieux.

La méditation réduirait les effets toxiques engendrés par les hormones du stress, entre autres bienfaits, et aurait une action bénéfique sur les inflammations chroniques. Elle aiderait à booster les défenses immunitaires et préviendrait la dégradation de nos cellules. Sa pratique aurait également le pouvoir de modifier l'anatomie du cerveau, les gênes qui restent souples et modulables tout au long de la vie, mais la recherche en est à ses tout débuts. La méditation contribuerait à freiner le vieillissement cérébral.
Les étonnantes vertus de la méditation sont développées dans ce documentaire de Sciences ARTE.
Les pratiquants de la Méditation Sahaja Yoga savent qu'elle agit aussi sur la zone limbique du cerveau.
Publié par stop au stress

mercredi 7 décembre 2016

Cohérence entre coeur et cerveau émotionnel

Dans le livre "Guérir" de David Servan Schreiber, on peut lire une façon simple d'expliquer l'implication du système nerveaux autonome dans les bienfaits de la méditation. Ces processus physilogiques ont des répercussions émotionnelles et mentales sur nous-mêmes:

" Comme dans la tradition du Yoga, de la méditation, et de toutes les méthodes de relaxation, la première étape de l'exercice consiste à tourner son attention vers l'intérieur de soi...
Il faut d'abord s'extraire du monde extérieur et accepter de mettre toute préoccupation de côté pendant quelques minutes. Accepter que nos soucis peuvent attendre un peu, le temps nécessaire au coeur et au cerveau de retrouver leur équilibre, leur intimité.
La meilleure façon d'y parvenir est de commencer par prendre deux respirations lentes et profondes. D'emblée, celles-ci stimulent le système parasympathique et font un peu pencher la balance du côté du "frein" physiologique. .. Il faut, en fait, se laisser porter par l'expiration jusqu'au point où elle se transforme naturellement en une sorte de douceur et de légèreté.

 [...] Une méthode efficace pour encourager le coeur à s'ouvrir est d'évoquer directement un sentiment de reconnaissance ou de gratitude et de le laisser envahir la poitrine. Le coeur est particulièrement sensible à la gratitude, à tout sentiment d'amour, que ce soit pour un être, une chose, ou même l'idée d'un univers bienveillant... Pendant cet exercice, on constate parfois qu'un sourire monte doucement aux lèvres, comme s'il était né dans la poitrine et venu éclore sur le visage. C'est un signal tout simple que la cohérence s'est établie.
 [...] Cette cohérence entre le coeur et le cerveau émotionnel stabilise le système nerveux autonome - l'équilibre sympathique/parasympathique. Une fois parvenu à cet état d'équilibre, nous nous trouvons dans une situation optimale pour faire face à toutes les éventualités. Nous pouvons accéder simultanément à la sagesse du cerveau émotionnel - son "intuition" - et aux fonctions de réflexion, de raisonnement abstrait, et de planification du cerveau cognitif."

Cette approche de remédiation du stress par la méditation correspond à celle de la Méditation Sahaja Yoga qui offre des cours gratuits dans plusieurs villes de France. 
"Guérir le stress, l'anxiété et la dépression" de David Servan Schreiber, pages 68 à 71, Robet Laffont, 2003. Ici publié en version poche en 2011.
Publié par stop au stress

jeudi 12 novembre 2015

Sans blessure apparente


Quel est ce mal mystérieux qui transforme des gens, hommes, femmes, humanitaires, journalistes, combattants, et qui tue la vie intérieure? On l'appelle le stress post-traumatique.

Il y a une importante recherche à ce sujet aux USA qui retrouvent leurs anciens combattants totalement inadaptés à la sociale et souvent dépendants de la drogue qu'ils ont commencé à consommer à l'étranger pour tenir le coup et qu'ils continuent de prendre une fois rentrés chez eux.
Ces gens dévastés par la guerre ont longtemps été un sujet tabou qu'il fallait taire. Or, c'est ce silence qui les tue. Petit à petit la société prend conscience du drame.
Il nous fallait l'évoquer à un moment ou à un autre sur ce site.

Sans blessure apparente est le livre de Jean-Paul Mari.
Il évoque une humanité blessée par le contexte de la guerre.

En fait, le stress post-traumatique fait constamment revivre avec une mémoire, une conscience imprégnées d'un évènement traumatisant. Cela peut amener la personne a développer un comportement associal, incompréhensible qui la pousse au désespoir, voire même au suicide. Pour Jean-Paul Mari, c'est un "cancer de l'âme" dont on peut le guérir. On peut surmonter une rencontre avec la mort, pour retrouver la joie et la légèreté de la vie.

Ces blessures psychiques peuvent se soigner par l'écoute d'un spécialiste qui est habilité à traiter ces cas. La parole qui libère est souvent un bon moyen de guérison. La méditaiton est un moyen incontournable pur se libérer de ces pensées qui tournent dans la tête et revienne tconstamment à la conscience.
Publié par stop au stress

mercredi 3 décembre 2014

Expérimentez la paix intérieure



Comment trouver la paix intérieure par la méditation. 
Publié par stop au stress

vendredi 8 août 2014

Le harcèlement générateur de stress chronique




Ce que vous faîtes n'est jamais bien, que ce soit la cuisine, ou l'éducation de votre petit dernier. Certaines personnes ont l'art de la remarque perfide, et ce de manière répétée. Résultat: baisse de moral et d'estime de soi, fatigue chronique, symptomes bien connus du stress.

C'est ce que les psychologues appellent le harcèlement moral. 

On en parle dans le cadre de la vie professionnelle, de l'école mais il existe également au sein du couple.

Certaines paroles apparemment anodines, certaines allusions, peuvent êtres déstabilisantes. Ces messages négatifs, sont de véritables poisons, des toxines comme les appellent Jacques Salomé, le spécialiste en relations humaines.

Dans la vie de tous les jours, le harcèlement moral entraîne effectivement le doute et le manque de confiance en soi, et s'accompagne d'une véritable souffrance intérieure. Il génère un stress chronique, le plus dangeureux des stress.

D'après la psychanalyste Marie France Hirigoyen, "le harcèlement moral, peut débuter par un abus de pouvoir, se poursuit par un abus narcissique au sens où l'autre perd toute estime de soi [...]. L'objectif du harceleur consiste à retirer à quelqu'un toute qualité, de lui dire et de lui répéter qu'il ne vaut rien, jusqu'à l'amener à le penser". 

Il est souvent difficile de repérer le harcèlement moral, les agressions sont subtiles, et le harcelé imagine qu'il s'agit d'une relation conflictuelle, comme il en existe beaucoup.

En réalité, la situation est plus complexe car le harceleur a souvent ce que les psy appellent une emprise sur le harcellé. Il envahit et étouffe l'autre de sa domination et tient son harcellé à sa disposition. Il fait tout pour rester en position de domination.

Les messages négatifs sont de plusieurs formes, verbaux et non-verbaux. Surtout, lamarque du harcèlement est qu'il se fait dans la répétition. C'est ce qui le différencie ds autres agressions qui sont ponctuelles.

On parle aujourd'hui de pervers narcissique.
Quelques trucs pour en sortir selon Jacques Salomé, dans son livre "Le courage d'être soi":
Face à un persécuteur, on ne gagne jamais. Commencer un bras de fer avec lui est fortement déconseillé. Une fois que vous avez repéré le processus, il va vous falloir agir fermement sans craindre de conflit. Il faut se redéfinir et reprendre conscience de ses propres désirs avant de se laisser imposer ceux du narcissique. Il faiut apprendre à dire "non".
S'en sortir tout seul est difficile car ces paroles viennent certainement faire écho à une fragilité antérieure ou à un manque d'estime de soi qui remonte à l'enfance. La présence d'un entourage bienveillant ou d'un thérapeute est souvent nécessaire.

Publié par stop au stress

lundi 11 mars 2013

Les couleurs du cerveau, ce lotus aux milles pétales

Les scanners du cerveau en noir et blanc révèlent une structure courbe et grise repliée autour des grands lacs de blanc - une carte qui permet aux médecins de diagnostiquer, de traiter et de comprendre les maladies du cerveau. Mais ces images sont rudimentaires et incomplètes.



Le Dr Van Wedeen, physicien et radiologue au "Centre d'imagerie biomédicale de Martinos" au Massachusetts General Hospital, donne un nouvel éclairage sur le cerveau. Avec le Dr Bruce Rosen, directeur du Centre de Martinos, et Arthur Toga de l'Université de Californie à Los Angeles, Wedeen développe la prochaine génération d’appareils d'IRM ; ils réalisent une imagerie spectre de diffusion plus rapide que les anciens scanners et qui produit des images à plus haute résolution. Les brins qui forment les connexions dans le cerveau – les "connectomes'' - sont des autoroutes de neurones cruciales pour les fonctions du cerveau, y compris les pensées, les mouvements et les sensations.

Les fibres nerveuses dans le cerveau sont trop petites pour être directement imagées, de sorte que les scientifiques les cartographient en mesurant la diffusion des molécules d'eau sur toute leur longueur. Les scientifiques ont d'abord brisé l'image IRM en "voxels", ou en pixels à trois dimensions, pour calculer la vitesse à laquelle l'eau se déplace à travers chaque "voxel" dans tous les sens. Les chercheurs peuvent en déduire le chemin le plus probable des différentes fibres nerveuses (lignes rouges et bleues) qui passent par cet endroit.

Ce travail est le fruit d’une collaboration avec le projet Connectomes humaines, un effort qui vise à cataloguer et à comprendre la structure et la fonction des connexions dans le cerveau adulte. Finalement, en faisant des comparaisons avec le cerveau de personnes atteintes de maladies psychiatriques et de troubles du développement, les chercheurs espèrent commencer à démêler les différences dans le cerveau car jusqu’ici, nous avons eu très peu d'informations sur la connectivité.

Dr P. Ellen Grant, directeur de la neuro-imagerie fœtale et néonatale et de la recherche concernant les dommages aux jeunes cerveaux au "Science Center" nous dit :
"Vous pouvez voir quels sont les systèmes altérés ou blessés par la maladie et la façon dont les connexions peuvent être modifiées dès les premiers jours''.

Une fois qu’un scanner "connectome" sera développé, Grant espère l’utiliser dans les unités néonatales et pédiatriques de soins intensifs. L'équipe a reçu une subvention de 8,5 millions de dollars sur trois ans le mois dernier par le National Institutes of Health et travaille en collaboration avec Siemens Medical Systems. On risque d’avoir d’autres révélations d’ici là.

Cette vision du cerveau n’est pas étrange quand on sait que les grands sages indiens ont toujours décrit le cerveau comme une fleur, un lotus aux milles pétales de toutes les couleurs. Cette comparaison de plusieurs milliers d’années prend tout son sens aujourd’hui.  Selon Sahaja Yoga, les chakras qui correspondent aux plexus nerveux situés près de la colonne vertébrale, se retrouvent aussi dans le cerveau. Or, chaque chakra est associé à une couleur, c'est pour cela que le dernier chakra du Sahasrara situé dans le cerveau possède toutes les couleurs. Ces chakras interagissent et sont connectés entre eux, certains étant plus "naturellement" associés à d'autres, comme les "autoroutes de neurones" le sont aussi.

mercredi 17 octobre 2012

Un nouveau diplôme en méditation à Strasbourg

De nos jours, la méditation est de plus en plus prise au sérieux. Il existe même un nouvel enseignement de troisième cycle qui est proposé par l'Université de Strasbourg et qui donnera  un diplôme d'université axé sur les neurosciences et la méditation.
Il s’adresse à un public déjà impliqué dans le domaine de la médecine, de la psychologie et dans les champs scientifiques concernés par le stress, la méditation et le lien corps/esprit.
Le niveau requis est celui du master validé pour les psychologues et les biologistes, 3ème cycle en cours minimum pour les médecins.

Ce diplôme sera animé par des professionnels de la santé et des professeurs d’université.

Le but est de développer une démarche basée sur une approche intégrative de la médecine et de la psychologie à partir de la méditation, avec des fins théoriques et pratiques.


Publié par stop au stress

mercredi 1 août 2012

L'Unesco pour la paix reconnaît la Méditation Sahaja Yoga



« La Méditation Sahaj est une technique simple, traditionnelle. Elle aide à réduire le stress et augmenter le bien-être. Elle apporte une meilleure attention et aide les gens à devenir plus centrés et équilibrés.
S'il n'y a pas de paix en soi, peut-on vraiment maintenir la paix mondiale? L'humanité a pris conscience de l'importance du développement personnel et de l'équilibre, en particulier chez les jeunes et chez ceux à la pointe de la science, de la politique, de l'éducation et des arts.
En tant que partenaire du centre de l'UNESCO pour la paix, la Méditation Sahaja est conçue pour développer, renforcer, et intégrer le potentiel humain dans tous les aspects. Nous devenons vraiment des instruments pour la paix dans nos pays respectifs et dans le monde.

Avec Sahaja, chacun de nous peut facilement puiser dans son présent intérieur et exploiter son pouvoir pour rétablir l'équilibre holistique ainsi qu'un véritable état de paix et de silence mental. L'expérience du silence est tangible et novatrice en ce qu'elle peut être réalisée au cours d'un après-midi! Avec une pratique régulière, des problèmes de santé peuvent être éliminés et l'harmonie complète de soi avec son environnement devient possible. C'est un investissement indispensable pour faciliter la perfection à presque tous les niveaux. Tous les cours et ateliers sont offerts gratuitement, et n'importe qui peut le faire. »


Bannière:
"Comme la guerre naît dans l'esprit de l'homme,
c'est dans l'esprit de l'homme que la défense de la paix doit se construire."
Plus sur: http://neowebart.com/unesco/partners/
Pour aider l'association à avoir des subventions, votez ici:

lundi 18 juin 2012

Essais aléatoires et contrôlés sur la Méditation Sahaja Yoga


Sahaja Yoga confère une bonne santé, rompt le stress: étude australienne
IANS - Mardi 12 juin 2012 08:54 TPS
New Delhi, 12 Juin 2012
Le Sahaja Yoga, fondé par Shri Mataji Nirmala Devi, est de plus en plus accepté dans le monde entier comme pouvant calmer le mental et le stress et contribuer à promouvoir une santé mentale et physique, selon une nouvelle étude menée en Australie.
L'essence de Sahaja Yoga, décrite comme le silence mental, qui est beaucoup plus qu’une simple tranquillité, possède plusieurs dimensions, y compris au niveau d’un bénéfice médical. Ramesh Manocha, maître de conférences en psychiatrie à l'Université de Sydney, l'École de médecine, s’exprime à l’IANS d'Australie ..

"Nous avons constaté que le niveau de santé et de bien-être des personnes qui ont médité pendant au moins deux ans, est significativement et majoritairement plus élevé que ceux de la population en général," dit Manocha.
Manocha fait allusion à sa dernière étude sur Sahaja Yoga, qui a porté sur la méditation en tant que silence mental, impliquant plus de 348 personnes, menée conjointement avec Deborah Black et Leigh Wilson à l'école médicale de Sydney.
52% des bénévoles ont expérimenté le silence mental "plusieurs fois par jour ou plus", tandis que 32% l’ont éprouvé "une ou deux fois par jour", selon Manocha, qui est à la pointe de la recherche dans les disciplines méditatives.
"Notre enquête a également démontré que les pratiquants ont non seulement une meilleure santé mentale et physique, mais aussi une relation cohérente entre la santé, en particulier la santé mentale, et leur expérience personnelle de silence mental" explique Manocha.

Développant la notion de silence mental, Manocha dit: "en apprenant à ralentir ses pensées, le pratiquant va commencer à percevoir un petit espace entre chacune. Avec la pratique et en appliquant des techniques spécifiques, le méditant peut creuser l'écart entre deux pensées de manière à ce qu’il expérimente une pensée ou deux et puis un espace de silence, puis une autre pensée ou deux. De cette façon, l'écart entre les pensées peut être élargi jusqu'à ce qu'il y ait de longs moments sans pensée. En fin de compte, les pensées s’arrêtent complètement et le méditant reste totalement conscient et alerte, sans avoir aucune activité de réflexion. C'est le "vide de l'esprit" ou "le silence mental" de Sahaja Yoga" dit-il.

"Le résultat est un état de joie tranquille plutôt qu’un bonheur maniaque extrême. La paix mentale et l'équilibre émotionnel réduisent à leur tour les niveaux d'adrénaline et de cortisol dans le sang, diminuant la pression artérielle et réduisant l'activité du cerveau, ralentissant les processus de pensée" dit Manocha.

"La première enquête à long terme sur la qualité de vie que nous avons menée sur des méditants, a impliqué presque tous les pratiquants du Sahaja Yoga en Australie, ce qui donne des résultats plus concrets que des histoires personnelles" nous informe Manocha.

La vie stressante du docteur Manocha, lorsqu’il était un étudiant en médecine, l’a amené à porter son attention sur la méditation et Sahaja Yoga : "j'ai trouvé l'expérience du silence mental clairement puissante. Les méthodes traditionnelles occidentales pour gérer le stress, telles que l'alcool et la consommation de tabac, endommageaient ma santé", se souvient-il. Comme les scientifiques occidentaux négligent ce phénomène, Manocha a décidé qu'il soumettrait la méditation à une évaluation scientifique pour déterminer si elle pouvait aider les occidentaux à gérer les problèmes mentaux et physiques ordinaires.

"Nous avons effectivement fait beaucoup de recherches sur l'impact de Sahaja Yoga sur le stress au travail, l'asthme, la ménopause et la santé mentale, impliquant des centaines de participants dans de nombreux contextes différents, qui tous indiquent son efficacité", dit Manocha à IANS.
"Deux études distinctes observant des participants souffrant de symptômes de ménopause et de déficit de l'attention avec hyperactivité, ont montré des résultats prometteurs. Elles ont été suivies par un essai aléatoire et contrôlé (RCT) de la méditation pour des patients souffrant d'asthme, puis par un autre essai beaucoup plus important de la méditation contre le stress au travail" a déclaré Manocha.
Leurs résultats ont fourni des preuves solides que le silence mental est associé à un effet thérapeutique. Un essai aléatoire et contrôlé est l'un des outils de recherche les plus simples mais aussi les plus efficaces pour tester l'efficacité d'un médicament, d’une nouvelle procédure ou d’un nouveau traitement sur la santé.
"Il existe des preuves crédibles pour appuyer l'idée que la Méditation Sahaja Yoga, et donc l'expérience du silence mental qui la caractérise, est associée à des effets uniques" conclut Manocha.

Publié par stop au stress