vendredi 20 novembre 2009

Le stress nuit aux études

Le docteur Ehdlinger, directeur du service de santé Boynton de l'université du Minnesota et auteur principal de l'étude, et les chercheurs du Health Service de l'Université du Minnesota Boynton, ont montré clairement un lien entre le stress des étudiants et leur réussite universitaire. (2008)

C’est la première fois que des chercheurs observent et interrogent 9931 étudiants pendant 2 ou 4 ans, venant de 14 écoles différentes.
Leur objectif :

Trouver une relation éventuelle entre le niveau universitaire de ces étudiants et des problèmes de santé tels que le stress, ou des addictions. Pour classer leurs résultats, ils utilisent « le GPA », Le « Grade Point Average » c'est-à-dire, la moyenne obtenue par un étudiant dans le système anglo-saxon.

Le stress est apparu comme un de facteur très important : 69,9% des étudiants se sentent stressés, et 32.9% affirment que ce stress affecte leur rendement scolaire.
En fait, ceux qui subissent réellement des conditions stressantes, -allant du solde débiteur de leur carte de crédit à des conflits avec les parents- présentent un GPA moyen de 2.72 tandis que ceux qui n'ont signalé aucun stress important, ont une moyenne de 3,3. «Cette différence de GPA peut sembler mineure, cependant lorsque vous raisonnez sur plus de 9000 étudiants, l'impact de cette différence est énorme», déclare le Dr Ed Ehlinger.



Parallèlement, les étudiants qui gèrent leur stress se sont montrés plus performants que les autres.



De précédentes études ont montré que les étudiants qui passent trop de temps devant l'ordinateur, la télévision ou les jeux vidéo sont plus susceptibles de se livrer à d'autres habitudes néfastes pour la santé, telles que la mal-bouffe.
"Le temps passé devant un écran a eu un impact énorme sur le GPA", expose-t-il. "Nous savions qu'il existait un impact, mais pas aussi marqué."


Idem pour les addictions : consommation d'alcool intensive pour recherche d’ivresse, prise de drogue et tabagisme. M. Ehlinger déclare que la consommation de tabac pour se détendre ou "être socialement reconnu" a des effets négatifs sur le niveau des étudiants.


Mais d’autres constats sont très surprenants : les étudiants travailleurs n’ont pas de résultats universitaires inférieurs aux autres. Ce constat se vérifie indépendamment de la durée du travail. "Le sens commun tendrait plutôt à penser que plus vous travaillez, plus le stress pèse sur vos études" a déclaré le Dr Ehlinger. "Quelque chose d'autre doit se passer, les gens se sentent peut-être protégés lorsqu'ils travaillent. Ceci concerne peut-être la gestion du temps. "
Plus sur :
http://fr.healthnews.com/sante-famille/enfants-sante/linfluence-du-stress-sur-le-rendement-scolaire-des-eleves-1129.html
Publié par stop au stress

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire