jeudi 26 mars 2009

Recherches sur l'asthme



"Tous les cas heureux, même remarquables, sont des cas particuliers et ne constituent pas des preuves scientifiques. L’"establishment" médical exige des critères de rigueur scientifique pour accepter l'efficacité de tout nouveau type de traitement. Après plus de deux ans de pratique de la méditation en clinique, nous nous sentions suffisamment en confiance et avions réuni suffisamment de preuves pour nous embarquer dans une tentative d'évaluation scientifique de la technique de sahaja yoga.


Durant son investigation sur l'effet de sahaja yoga, le professeur Rai avait aussi observé l'effet de la méditation sur l'asthme. Nous avons donc décidé d’ajouter les résultats qu’il avait observés à ceux que nous avions obtenus, en Australie, dans notre clinique de méditation, pour effectuer une étude scientifique sur l'asthme.
En collaboration avec un certain nombre de chercheurs, spécialistes reconnus de l'asthme, nous avons élaboré une stratégie permettant de comparer les effets de la méditation Sahaja Yoga aux effets d'une simple technique de relaxation. Nous voulions savoir si cette méditation offrait quelque chose d’exceptionnel ou si elle était seulement comparable à n'importe quelle autre technique de relaxation.


Nous avons donc décidé de sélectionner un grand groupe de gens souffrant d'asthme grave et ne répondant pas bien aux médicaments les plus puissants. Ces personnes furent divisées en deux groupes. L'un allait suivre un enseignement régulier en méditation sahaja yoga pendant qu’on enseignerait une technique de relaxation en vogue à l'autre groupe. On évalua l’état de tous les patients avant le début de l’expérimentation, puis après environ 16 sessions. Les deux groupes furent comparés dans le but de savoir s'il y avait ou non, des différences de résultats entre les deux techniques. Le Royal Australian College of General Practitioners (L'Ecole Royale Australienne des Médecins Généralistes) finança le projet qui fut terminé en 18 mois.
Les résultats furent surprenants. La plupart d'entre nous s'attendaient à ne trouver aucune différence entre le groupe de méditation et le groupe de relaxation. Or, les résultats montrèrent clairement que, si les deux groupes de patients ressentaient des améliorations, seuls ceux qui avaient pratiqué la méditation Sahaja Yoga présentaient une amélioration au niveau de la gravité du processus même de la maladie. Comme cette amélioration-là ne se mesurait pas du tout chez les patients du groupe de relaxation, cela semble indiquer que la méditation Sahaja Yoga peut vraiment influencer le déroulement de la maladie.

DAVID : UNE BOUFFEE D'AIR FRAIS
Tout au long de cette étude sur l'asthme, il y eut de nombreuses guérisons remarquables. Celle de "David", par exemple, un "lutteur aussie" lutteur australien typique, de 42 ans. Il souffrait d'asthme depuis sa plus tendre enfance, ce qui avait fortement contrarié sa carrière ainsi que ses ambitions sportives. Quand on évalua son état avant son entrée dans le test, son asthme faisait partie des cas les plus graves. Le simple fait de souffler dans un spiromètre, une machine utilisée pour tester la capacité pulmonaire, provoquait une aggravation de son asthme. Après 16 semaines de méditation, dans laquelle il se sentit comme un poisson dans l'eau, il arriva pour faire une nouvelle évaluation.
Au laboratoire de la fonction pulmonaire, nous vîmes arriver un homme métamorphosé. Sa fonction pulmonaire avait augmenté, ses symptômes avaient fortement diminué et les tests standards qui le plaçaient auparavant parmi les cas d'asthme les plus graves, indiquaient maintenant que son asthme était parmi les plus légers. David nous raconta que son asthme avait tellement diminué qu’il dormait maintenant une nuit entière sans être réveillé par une crise, qu'il pouvait refaire du sport et qu'il avait économisé plus de $1500 en dépenses pharmaceutiques depuis qu'il avait commencé le programme !"

Cet article a été écrit par le docteur Ramesh Manocha dans "Diversity magazine", vol 2, n°5 – de juin 2001.
publié par stop au stress

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire