dimanche 3 mai 2009

Comment se soigner en méditant ?

Comment la méditation entraîne-t-elle ces effets ?

"L'hypothèse de sahaja yoga" est que son type de méditation déclenche un processus au sein du système nerveux autonome (parasympathique), un ensemble complexe de nerfs qui gouvernent le fonctionnement automatique des organes de notre corps. Cette hypothèse suppose qu’un déséquilibre dans le système parasympathique est la cause des maladies physiques et des maladies psychiques. La méditation Sahaja Yoga rééquilibre le système parasympathique, permettant ainsi à nos mécanismes naturels de guérison de revitaliser et de rajeunir les organes malades.

La tradition ancienne du yoga explique le mécanisme de guérison intérieure, par l'existence dans notre corps de sept centres d'énergie subtile (appelés chakras). Chacun de ces centres contrôle un ensemble spécifique d'organes ainsi que des aspects de notre psychologie et notre spiritualité. Si un de ces centres fonctionne de manière déséquilibrée, ce déséquilibre provoque le fonctionnement anormal d'un des aspects de notre être (physique, mental émotionnel ou spirituel) qui est en liaison avec le centre déséquilibré.

La méditation Sahaja Yoga est un mécanisme particulier qui implique l'éveil de la "kundalini", une énergie nourricière, innée. Quand la kundalini s’éveille, elle s'élève de sa position de repos dans l'os sacrum, puis, longeant la colonne vertébrale, traverse chacun des chakras, en les équilibrant et en les alignant (comme un fil que l’on fait passer à travers des perles). De cette manière, les chakras sont rajeunis et nourris par l'ascension de la kundalini. Quand la kundalini atteint le cerveau et les chakras qui s'y trouvent, les tensions mentales sont neutralisées et un état de calme intérieur s’établit. Ce silence intérieur devient source d'une paix intérieure qui neutralise les stress de la vie quotidienne, améliorant notre créativité, notre productivité et notre satisfaction intérieure.

Cet article a été écrit par le docteur Ramesh Manocha dans "Diversity magazine", vol 2, n°5 – de juin 2001.
publié par stop au stress

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire