jeudi 26 mars 2009

Andrew : apprivoiser la tempête de l'épilepsie


Traduction de l'article "Researching Meditation : Clinical applications in healthcare" par Ramesh Manocha.


"Quand "Andrew" arriva dans notre clinique, nous étions déjà accoutumés aux défis. Andrew avait presque vingt ans quand sa mère l'amena à la clinique de méditation à Blacktown, un groupe de travail situé dans la banlieue ouest de Sydney.
Deux ans auparavant, il avait contracté une encéphalite, infection virale des tissus du cerveau, qui l'avait envoyé à l'hôpital pendant plusieurs semaines ; son état était si critique qu'il avait même été transféré aux soins intensifs. Andrew avait survécu, mais l'attaque virale dans son cerveau avait laissé de légères cicatrices dans cet organe si sensible. Elles provoquaient un "court circuit" au niveau des neurones qui produisait des vagues surpuissantes de signaux électriques qui envahissaient tout son cerveau. Cette "tempête" provoquait de très graves crises d'épilepsie. L'infection virale bien que terminée, avait laissé des dommages permanents dans le cerveau, condamnant Andrew à une vie entrecoupée de violentes crises d'épilepsie.
L'épilepsie est une complication connue des infections du cerveau. Dans le cas d'Andrew, elle avait transformé un étudiant plein de talent et d’avenir en invalide. Ses crises étaient si fréquentes – jusqu’à trois fois par jour – qu'elles le rendaient incapables de reprendre ses études ou de travailler. Il était devenu dépendant de ses parents pour tout et leur vie était considérablement compliquée à cause de la maladie de leur fils.
Nous avons fait comprendre à Andrew, comme aux autres patients de la Mind-body Meditation Clinic, que sa propre motivation à méditer régulièrement était un élément déterminant pour l’obtention des résultats. Dans cette clinique, ce n’était pas nous les guérisseurs, mais c'était Andrew, lui-même. Il allait apprendre comment éveiller spontanément le pouvoir de guérison inné existant à l'intérieur de lui-même. Grâce à la méditation, cette énergie allait travailler de manière constante pour améliorer sa santé physique, mentale et spirituelle.
La recherche sur l'épilepsie menée par le Pr. Rai, montrait que les patients qui pratiquent cette technique régulièrement, ressentent une réduction dans la quantité et la gravité des crises. Cela nous donna l’espoir confiant qu'Andrew pourrait tirer bénéfice de cette technique.

Andrew apprit rapidement la technique Sahaja Yoga et la pratiqua avec diligence. C’est sur son visage que nous avons noté les premiers changements : ses yeux ont perdu leur air apathique habituel pour devenir clairs et brillants. La première fois que nous avions vu ce garçon de 19 ans, il avait l'air d'un vieil homme : voûté, visage fermé et tiré, des poches noires sous les yeux. Après quelque temps de méditation, il avait retrouvé un air jeune et l'ombre sombre qui semblait le suivre avait disparu. Après quelques semaines, il arriva en classe de méditation avec le sourire alors que précédemment il avait toujours un air renfrogné. Les progrès d'Andrew étaient tellement visibles que ce ne fut pas une surprise d'entendre ses parents signaler que la fréquence de ses crises s’était réduite. Quelques semaines plus tard, sa mère vint à la clinique pour nous inviter à dîner chez elle. Elle nous raconta que depuis quatre semaines, Andrew n'avait pas eu de crise majeure et qu’ils avaient l'intention de partir pour le week-end. Pour la première fois depuis plusieurs années, leur vie recommençait à leur sembler normale."


Cet article a été publié dans "Diversity magazine", vol 2, n°5 – de juin 2001.
publié par stop au stress

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire